Faradje/Mbororo:le député national, Jean-Pièrre ANOKONZI appuie l’idée de l’incivisme fiscal d’ici le 15 juin si le gouvernement ne prend pas ses résponsabilités

Honrables JP Anokonzi (Droite) avec Hon. Tasile(en veste bleu) photo tiers


Le député national élu de la circonscription électorale de Faradje , a dans un entretien accordé à la radio okapi dimanche 09 juin 2019, indiqué que son terriroire risque de se plonger dans une extrême famine si le gouvernement ne réagit pas face à l’envahissement des champs par ces éleveurs à Faradje.

« Ces eleveurs ne reconnaissent même pas l’autorite de L’État.Ils tuent facilement la population, leur bêtes détruisent suffisament les champs, ce que d’ici peu de temps Faradje va bientôt tomber dans une famine extrême, un mbororo détient plus de 10.000 voir 15.000 bêtes, ces bêtes là ont besoin de l’eau aussi, ce qui fait que les sources d’eau potables dans cinq chefferies n’existient pas »déclare sur la radio onusiène Jean-Pierre ANOKONZI.

Cet élu de Faradje sur la liste du Mouvement Social, parti membre de la coalition LAMUKA , reste d’avis avec la proposition de la société civile locale, celle de déclencher la désobeissance fiscale si le gouvernement ne prend pas ses résponsabilités.

« C’est pourquoi La population se retrouve délaissée. Au tour de la societe civile , si ces mbororos ne quittent pas d’ici le 15 juin, la population serait invité à l’incivisme fiscal.Si nous les congoloais nous sommes sanctionés dans des pays limistrophes, on nous chasse pour rien que n’avoir pas détenus des documents légaux, comment laisser ces étrangers circuler librement avec des armes?  »

Rappelon qu’en marge de la tenue de la 48ème réunion du Comité consultatif permanent des Nations unies chargé des questions de sécurité en Afrique centrale le 28 mai à Kinshasa, le Caucus des députés du bassin des Ueles avait réjetté l’idée d’une cohabitation avec les éleveurs Mbororos.

L’ONG « Dynamique culturelle pour le développement du bassin Uele »aussi avait déclaré sa détermination à poser des actions à l’endroit des autorités du pays pour les pousser à renvoyer les éleveurs étrangers Mbororo dans leurs pays respectifs.

Dieu Merci THUAMBE