Haut-Uélé: le Gouvernement BASEANE Christophe investi et son programme adopté par les élus provinciaux


Les élus provinciaux de la province du Haut-Uélé ont adopté et approuvé le programme d’actions du Gouvernement Christophe NANGAA ce mercredi 14 Août 2019 dans la salle des plénières de l’Assemblée provinciale.

C’était au cours de la seance plénière extraordinaire dans laquelle l’équipe gournementale composée de 10 ministres dont une femme a été investie.

Le programme présenté par le gouverneur Christophe NANGAA jugé d’ambitieux par les élus provinciaux, reprend les priorités qu’il avait révélé dans son projet de société pendant la campagne électorale.

C’est entre autre
l’État de droit, l’autorité et les capacités de l’État ; assurer la réhabilitation et la reconstruction des infrastructures ; renforcer les fondements d’une économie diversifiée et durable ; promouvoir l’accès aux services sociaux de base et l’intégration des catégories vulnérables.

Sur le plan social, NANGAA affirme sa volonté politique pour la sécurité des personnes et de leurs biens, la restauration de la paix. Il évoque également l’amélioration des conditions des vies de sa population.

L’amélioration de la gouvernance des ressources naturelles et de l’écosystème est aussi parmi le plan quinquinal du nouvel exécutif sans oublier le secteur éducatif pour lequel le chef de l’exécutif provincial renseigne qu’il va tout faire pour que soit améliorée la qualité de l’enseignement.

Le Haut-Uélé d’abord, ne sera pas seulement slogan mais une réalité. Comme jadis grénier agricole ,ce dernier secteur reste prépondérant dans sa gouvernance.
Ici, Baseane Christophe se dit être le gouverneur du changement et s’engage pour booster le développement de cette province à travers la construction et réhabilitation des routes de dessertes agricoles, qui pourront relier tous les chef-lieux des territoires à la ville d’Isiro.

Dans son speech de clôture de la session, le président de l’assemblée provinciale, a appelé donc les députés au sens élevé de responsabilité, à l’unité de gestion, à la collaboration et à l’amour du travail bien fait, car l’assemblée provinciale n’hésitera pas à retirer sa confiance une fois caractérisée par la paresse, la lourdeur, la recherche effreinée d’argent et par un comportement qui viole le code de conduite de l’agent public de l’État.

Léon Mangbulu/lecoqdelest.net