Accueil » POLITIQUE » Haut-Uélé: Timothée Kamanga sort du silence , fustige la gestion de la chose publique à tous les niveaux

Haut-Uélé: Timothée Kamanga sort du silence , fustige la gestion de la chose publique à tous les niveaux

C’est au cours d’un point de presse tenu ce lundi 11 novembre 2019 au siège du parti politique Engagement pour la Citoyenneté et le Développement à Isiro marquant un an de désignation de la candidature unique de l’opposition au scrutin de 30 décembre 2018 dont le choix était porté sur Martin FAYULU MADIDI.

Le Secrétaire exécutif provincial de l’Ecidé Haut-Uélé, Maître Timothée Kamanga citant son autorité morale de parti politique a non seulement célébrée cette journée sur l’évaluation des questions d’actualités en RDC, mais aussi au niveau provincial.

Au sommet de l’État, ce curieux et courageux cadre politique de l’opposition en province du Haut-Uélé s’indigne de savoir que le système de gestion de la res publica n’a pas changé avant ou après les élections du 30 décembre denier qu’il considère des nominations.

« Nous savons tous qu’une fois dans l’histoire qu’en RDC les leaders politiques de l’opposition s’étaient réuni à Genève pour une cause juste et nationale de désigner un seul candidat pour affronter la camp que le peuple avait déjà rejeté. Aujourd’hui encore nous nous rappelons de cette date où la population a accueilli avec enthousiasme la désignation du présidence élu Martin FAYULU MADIDI. Une année après, est-ce que réellement le système kabilie a changé ? Je pense ,non. » s’est-il interrogé.

« Tous ce que nous dénonçons avant les nominations de décembre 2018 continuent jusqu’à aujourd’hui notamment l’insécurité à l’Est du pays, les massacres dans la région de Minembwe depuis cinq ans durant, les atrocités d’une milice terroristes, la corruption. Rien n’a changé, avant Kabila égal après Kabila. Une année après, la population attend toujours la vérité des urnes et nous avons évoqué cette question par proposition du président élu, Martin FAYULU MADIDI de la sortie de crise post-éléctorale », a-t-il expliqué.

Pendant ce temps, au niveau provincial, le secrétaire Kamanga Timothée juge les six mois de l’exécutif provincial depuis son investiture d’un bilan négatif de ce qu’il considère du fanatisme

« …Ces députés ont été majoritairement nommés et la plus part ne connaissent pas leurs rôles. Nous interpellons l’assemblée provinciale pour leur dire si elle continue a camoufler le contrôle parlementaire avec de motion incidentielle infondée, nous, la population nous demanderons de quitter l’assemblée par ce qu’ils ne sont plus digne de notre confiance a-t-il indiqué.

Cet acteur politique s’exclame qu’à plus de six mois de l’investiture du Gouverneur de province jusqu’à près de cent jours de son programme, il écoute du fanatisme qui emballe les esprits faibles qui sont à côté du gouverneur au lieu de le conseiller à suivre son programme d’action.

Sur le plan social, Maître Timothée Kamanga indique que rien n’a changé et regrette la valorisation de la structure Haut-Uélé d’abord qu’il considère d’une milice privée.

 » Sur le plan social, rien n’a changé. L’épineuse question des indemnités de sortie et des arriérées continuent a exister, est-ce qu’on peut continuer à valoriser une structure de fête qu’on appel communément Haut-Uélé d’abord et que moi j’appelle une milice privée, parce qu’elle n’a aucun statut légal ni un statut fonctionnel par rapport au service de l’État qui bénéficie des fonds dont même l’assemblée provinciale ne connaît pas la destination?  » s’est-il indigné.

Pendant ce temps, du côté du gouvernement, l’on indique que la priorité est liée aux infrastructures routières.
Le ministre provincial ayant les infrastructures travaux publics et reconstruction dans ses attributions a indiqué à depechesdelatshopo.com que Christophe Baseane Nangaa a pratiquement donné priorité aux infrastructures routières, c’est comme ça que plusieurs chantiers sont ouverts.

Léon Mangbulu /lecoqdelest.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
2 × 15 =