TSHOPO :Controverse autour de la réprise des activités de l’exploitation de la société chinoise dénommée FODECO à Basoko

TSHOPO :Controverse autour de la réprise des activités de l’exploitation de la société chinoise dénommée FODECO à Basoko

les activités d’exploitation de la société Forestière pour le Développement du Congo », en sigle FODECO », une firme chinoise, ont repris vendredi 12 juillet 2019.

Le Gouverneur de la Province de la Tshopo, WALE LOFUNGOLA avait suspendu les activités de cette firme basée dans la Chefferie de Yaliwasa, à environs 318 Km de Kisangani, en Territoire de Basoko, Province de la Tshopo, en juin dernier suite à plusieurs irrégularités dénoncées les communautés locales via l’Union pour le Développement de Basoko (UDEBA),une association qui regroupe les filles et filles du Territoire de Basoko.

Suites à cette plainte des communautés de Basoko, le Gouverneur de province avait dépêché une délégation sur terrain conduite par son Conseiller en charge de l’Environnement ingénieur Dieu-Merci ASSUMANI.Objectif,trouver une solution durable à cette crise de confiance entre les parties prenantes. Sur place, il a été question de la conciliation, la négociation et la médiation, dans le cadre de la gestion alternative des conflits d’exploitation forestière qui oppose depuis près de deux ans la société susmentionnée et les communautés de la Chefferie des Yaliwasa.

Le non-respect des cahiers de charge et l’exploitation abusive des forêts, ont constitués les point saillants de la note de clôture de cette mission gouvernementale.

« les plaintes de la communauté sont recevables et fondées.Cette société chinoise qui exploite depuis 2017 les bois dans les trois Groupements de la Chefferie de YALIWASA, en Territoire de BASOKO, notamment à WINAWINA, MOKULA et GBAKULU encaisse beaucoup d’irrégularités », a dit l’ingenieur Dieu-Merci ASSUMANI, Conseiller du Gouverneur en charge de l’Environnement.

A lui d’ajouter que  » s’agissant des revendications des communautés, la clause signée par trois groupements concernés avec les besoins controversés, ne peuvent être soumise à une quelconque révision, car la société FODECO, a déjà remis une somme de 20 milles dollars américains en terme de préfinancement des travaux d’intérêt communautaire ».

Signalons par ailleurs que la décision de la reprise des activités, prise par l’Autorité Provinciale n’a pas fait l’unanimité. Si le camp de la société FODECO pense à une victoire, ce n’est pas le cas du côté des notabilités du Territoire de Basoko. Ces derniers pointent du doigt accusateur, certaines Autorités d’avoir reçu des pots de vin pour leurs propres intérêts égoïstes.

Augustin Tsheza
Journaliste depuis Basoko