WATSA/Clôture du mois de la femme: Femmes de Watsa peuvent et doivent agir pour innover le changement[Conférence-débat]

Il s’est tenu dans la salle polyvalente de watsa, une conférences-débat samedi 30 mars sous le thème : « Femmes leaders de Watsa, comment penser équitablement, bâtir intelligemment pour innover le changement », par les femmes-leaders de watsa.

Cette conférence intervient à la clôture du mois de la femme pour que celle-ci donne valeur à sa propre nature et innove pour son changement.

S’inspirant du thème international pour cette année, comment penser équitablement, bâtir intelligemment, comment innover pour le changement, les femmes-leaders du territoire de watsa ont au-cours de ce débat réfléchies sur l’autonomisation, l’égalité des droits des chances et la participation de la femme dans la politique.

Intervenant à l’occasion, maître Bismick BOELE,le juriste de mine a plutôt exposé sur les femmes leaders de watsa et entrepreneuriat formel.
Partant de cadre juridique, cet avocat d’affaires a interpelé la femme à faire respecter ses droits. Est-ce la femme de Watsa reconnait son droit ? Qu’est-ce qu’elle fait pour que ses droits soient respecté? Que fait-elle pour que l’on découvre ses potentialités? S’est interrogé Bismick Boele LOSOMIA.

Pour le Docteur Christophe NGURU, il ne suffit seulement pas de célébrer le mois de la femme , mais aussi d’éduquer la femme sur les risques sanitaires qui la guette dont notamment, le cancer co’ et des seins.

Ce médecin clinicien,fruit de l’Université de Kisangani a exhorté aux mamans une consultation médicinale régulière.

Julie NGONDE wa NGONDE, l’initiatrice de l’événement a , au-cours du développement de son thème axé sur la promotion de la femme indiqué que l’ennemie de l’émergence de la femme c’est la femme elle-même.

A ce point, leadership féminin, terme qui implique une capacité managériale de la femme, a été approfondie. Pour elle, la femme elle-même doit s’accepter, se soutenir, se valoriser pour amener le changement.

Elle a cependant indiqué que les femmes ne doivent pas se limiter seulement à porter des pagnes et à fêter le 8 mars, mais cette dernière doit prendre conscience d’elle-même.

Les mamans leaders de Watsa dans la salle/Photo Caleb Bodio/lecoqdellest.net

Julie NGONDE WA NGONDE invite en outre les femmes de watsa à poursuivre une série de parcourt en commun et développer un caractère professionnel qui va impressionné, car dit-elle: » les femmes de Watsa peuvent , je crois à elles, la promotion de la femme passera par l’éducation qui n’a pas atteint un haut pourcentage « .

Une tâche de sensibilisation a été confié à toute les mamans qui avaient répondu présente à cet appel afin que l’innovation prenne élan chez les mamans de watsa.

Photo de famille au sortir de la conférence-débat


Notons enfin qu’une cinquantaine des femmes leaders des différentes associations de mamans de watsa ont pris part à cette conférence-débat et ont appréciés l’initiative qui est d’ailleurs la première dans le territoire de watsa.

Caleb BODIO/lecoqdelest.net