Accueil » ENVIRONNEMENT » Watsa:L’administrateur du territoire interpelle la population au respect de la zone d’exclusion de Kibali et rappel à l’ordre les chefs des quartiers et villages de Durba

Watsa:L’administrateur du territoire interpelle la population au respect de la zone d’exclusion de Kibali et rappel à l’ordre les chefs des quartiers et villages de Durba

Le Centre communautaire de Durba a accueilli lundi 13 mai une importante réunion de l’administration territoriale accompagné du chef de secteur Dieudonné SURUR et les chefs des villages du groupement Mandramandra.

Au menu decette rencontre qui a duré plus ou moins deux heures , la sécurité des personnes et de leur biens.

Dans cette entrevue avec les chefs des différents villages , l’administrateur du territoire est revenu sur la violation de la concession de kibali.

Cette question déjà traitée , réapparaît encore sur la table d’échanges est la suite de la mise en oeuvre de la demande de kibali auprès de l’Etat pour l’envahissement de sa concession notamment à Matiko, Kalinva, Mege et Quartier Kisangani.

Makanda Lubusu a signalé qu’une commission descendra sur terrain avec comme principaux objectifs, l’identification des propriétaires des maisons et de le placement des bornes qui seraient déterrées par la population.

 »Le gouverneur de la province avait signé un arrêté interdisant de construire des maisons et de faire la culture à long terme dans les villages Kalinva et Matiko de mars en mai, mais l’on constate toujours les multiciplicités des batisses » a dit Makanda Lubusu Mwamba INNOCENT.

Makanda Lubusu pense qu’une bonne solution réside au niveau de la conscience de la population :

 »La bonne solution c’est tout d’abord la conscientisation de la population comme nous venons de dire aux chefs du villages et quartiers qu’il faut dire aux gens d’accepter ce que nous disons ,qu’ils cessent de construire en désordre et qu’ils s’abstiennent de la violation de la concession de kibali » a t-il martelé.

La société civile par contre pense qu’il faudrait procédé par analyse de cas pour voir comment la population a atteint cette violation:

 »Il faut voir si cette population accusée est allé s’installer de sa propre volonté et par la force ou ce sont quelques agents de l’État qui ont facilité cette installation, et si tel est le cas qu’elle était l’impression première de kibali quand il voyait les gens envahir sa concession et si cette population sera punie , quel sera le sort de deux qui ont facilité cette installation » s’ interroge Odon Bulery.

Selon lui, les responsabilités Sont partagées entre l’État, la population et kibali:
 »Suite aux cas qu’avait subit la population à kalinva et Giro, si tel cas se répète avec les habitants du quartier Kisangani, Mege et Bandayi , c’est appauvrir davantage cette population , nous demandons de se mettre ensemble, l’État, la population et kibali pour trouver une solution , la décision ne pourra pas être prise en défaveur d’un cas » a-t-il dit.

Caleb BODIO/lecoqdelest.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
25 − 4 =